publicité

Ce mercredi, Douai commémore la rafle d'une quinzaine de juifs, 71 ans après

Le 11 septembre 1942, une quinzaine de juifs douaisiens, dont une famille entière, ont été arrêtés par des gendarmes allemands aidés par des policiers français. C'est la rafle de Douai. 1 seul reviendra vivant du camp d'Auschwitz. Des commémorations ont eu lieu ce mercredi.

  • Laurent Navez / Emmanuel Magdelaine
  • Publié le 10/09/2013 | 17:51, mis à jour le 11/09/2013 | 19:18
Les 3 filles Solkolski (Jacqueline l'aînée à droite) habitaient à Douai. Elles sont mortes gazées à Auschwitz en 1942.
Les 3 filles Solkolski (Jacqueline l'aînée à droite) habitaient à Douai. Elles sont mortes gazées à Auschwitz en 1942.
La rafle de Douai, n'est pas un épisode très connu de l'histoire de la seconde guerre mondiale dans le Nord Pas-de-Calais. Mais grâce au travail d'historiens, d'habitants, d'élèves, ce mercredi marquera la création d'un nouveau lieu de mémoire dédié aux victimes de la Shoah.

Et notamment en mémoire d'une famille douaisienne. Les Sokolski. Le seul rescapé de cette famille, Abraham Sokolski, père de famille a perdu en 1942, son épouse et ses 3 filles, gazées à Auschwitz. 


Commémoration rafle de Douai
Un reportage de Caroline Arnold et Jean-Pascal Crinon

L'aînée des enfants Sokolski, Jacqueline, n'avait que 6 ans, quand elle a été arrêtée. Elle est devenu pour des écoliers de Douai, une martyre de la Shoah. En sa mémoire, une classe de l'école des Blancs-Mouchons a créé une fresque et réalisé un film qui seront inaugurés ce mercredi dans l'ancien lycée de jeunes filles de Douai (aujourd'hui lycée Corot) où était scolarisée Jacqueline. 

"La rafle de Douai", un reportage de Laurent Navez et Bruno Espalieu. 

Ce mercredi, Douai commémore la rafle d'une quinzaine de juifs, 71 ans après
Avec Monique Heddebaut, historienne. Jacques Debonnet, ancien résistant douaisien.

 

les + lus

les + partagés